histoire d’antan


 
 

Je ne sais pas si vous vous rappelez des  vieux sabots de bois, mais je me souviens très bien de ceux de  mon grand- père qui étaient posés sur la plus haute marche des escaliers et qu’il enfilait dès qu’il rentrait de la mine pour aller retrouver son jardin.

Après de dures heures de labeur au fond du puits il rentrait fatigué, le visage cramoisi, les yeux tirés et barbouillés d’un éternel trait noir qui ne s’effaçait jamais, une toux persistante l’accompagnant à chaque instant. Il se déshabillait, se réchauffait les mains et les pieds au coin du feu, enfilait un pantalon en velours usé, une chemise à gros carreau et par- dessus, des bretelles qu’il avait l’habitude de faire claquer à chaque fois qu’il le pouvait, le geste suprême était de bien placer sur sa tête son unique béret .

Pendant ce temps, grand mère tricotait, cousait sur sa vieille machine Singer et ses doigts fins avaient une dextérité surprenante pour manipuler les fils, les canettes et les tissus en tous genre qui même s’ils ne ressemblaient à rien au départ finissait toujours par une création originale.

Elle n’avait pas non plus son pareil pour repriser les chaussettes que grand-père continuait à user dans ses vieux sabots de bois à chaque fois qu’il sortait pour arroser son jardin, enlever de mauvaises herbes ou alors ramasser les légumes qu’il posait délicatement dans un panier en osier sur le papier journal qui empêchait la terre de tomber.

Puis, nous entendions le bruit des sabots dans l’escalier à la troisième marche le silence des pas se faisait, la toux s’amplifiait, papy rentrait et à partir de ce moment, le calme régnait dans la petite maisonnée.

Les sabots de grand- père restèrent longtemps à leur place même après que la mine l’ai eu, puis un jour eux aussi ont disparus et une page de l’histoire s’en fut comme elle était venue.

Publicités

6 Réponses

  1. joelle

    Très touchant et si bien écrit, merci ma puce de nous conter sublimement cette tranche de vie !!!Douce nuit à toiPlein de bisoussssssss

    J'aime

    16 novembre 2009 à 21 h 47 min

  2. guichou

    un bien joli souvenir très bien raconté ! gros bisous

    J'aime

    17 novembre 2009 à 9 h 13 min

  3. kekos13

    qu’elle belle histoire,on s’y serait cru juste l’instant de s’appercevoir de la réalitée du monde actuel… Plus de claque claque claque, rien que du cahoutchou… Bisous

    J'aime

    17 novembre 2009 à 12 h 42 min

  4. Pierre

    un moment suspendu……..

    J'aime

    18 novembre 2009 à 16 h 54 min

  5. Claudie

    Elles sont fermées toutes les mines dans le nord de la France mais elles ont fait de sacrés dégâts chez les hommes. Ils avaient un amour de leur travail malgré la difficulté et ils étaient fiers de descendre dans ce grans trou noir. Pas de mineur chez moi mais je ne vis pas si loin des vestiges des mines. amitiésclô

    J'aime

    18 novembre 2009 à 17 h 37 min

  6. Les Etellois

    C’est très touchant comme tu racontes cela.cela me fait penser à ma famille dans le Pas de Calais. Les hommes travaillaient dans les mines de charbon et étaient tous plus ou moins silicosés.Bises,Mo

    J'aime

    19 novembre 2009 à 20 h 42 min

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s