les adorables cordons bleus !


 
Je repense  à une anecdote qui est arrivée à mon retour de New York, j’avais confié la garde des cordons bleus à une amie (non pas ceux que l’on fait cuire dans une poêle) mais de délicieux petits oiseaux exotiques Marie et blues qui vivaient heureux depuis sept ans et qui avaient  l’intention de prolonger le contrat d’autant. Nous nous étions arrangées  elle devait s’occuper des oiseaux en donnant à boire,  à manger et en changeant le sable, elle adore les animaux et ravie elle pris  la tâche à accomplir avec bonheur.
 
Quinze jours plus tard j’étais de retour et une drôle d’odeur me picota le nez, il y avait un silence étrange, lourd, pesant, même  angoissant, les narines en avant j’avançais quand mon tarin stoppa devant les rideaux de la salle à manger. C’était bizarre,  je les touchais et je m’apercus que l’odeur venait de là, le nez  avait trouvé la faille, les panneaux étaient mouillés voilà la vérité.
 
 A côté la cage à oiseaux était vide, il n’y avait plus le chant harmonieux des cordons bleus, j’adorais les écouter chanter, je me souviens qu’ils avaient pris l’habitude de se loger au creux de ma main,  ils n’étaient pas effarouchés  et blues le mâle sortait et se posait sur la truffe de Tchad qui  fier comme un paon, le promenait dans toute la maison, puis l’oiseau retournait chez lui et Tchad se couchait dessous pour veiller sur eux, c’était de beaux moments et les observer était passionnant, à ce souvenir un vent de panique me gagna et  j’ai su alors  que plus jamais je ne reverrai Marie et Blues.
 
 La sonnerie de l’entrée résonna, c’était mon amie lolo qui fit une apparition fracassante,  elle était dans tous ses états, rien ne l’arrêtait et on aurait dit un microsillon qui parlait, pleurait et parlait  encore et encore. Elle expliqua que Pipo, son chien, le copain de Tchad était venu tous les jours avec elle et qu’elle s’était aperçu qu’il y avait une drôle d’odeur, ne sachant pas quoi faire elle avait aspergé la pièce et les rideaux de son  parfum Christian ….  et ce n’est que le dernier jour de vie des oiseaux quelle  vit Pipo lever la patte et faire   pipi sur les rideaux, mais c’était trop tard.
 
Les pauvres petits ne résistèrent pas aux effluves et ils étouffèrent. Lolo comme une bombe obligea la voisine à  venir,  elles prirent les cordons bleus dans une serviette pour les réchauffer et illico presto rendez- vous chez le véto. L’entrée à la clinique fut vite remarquée, Lolo était au bord de l’apoplexie elle criait c’est une urgence et tout le monde cherchait,  car les cordons bleus ne pèsent que quelques grammes, la preuve les deux tiennent dans la paume d’une main alors imaginez!
 
Le véto arriva et au moment ou Lolo ouvrit la main pour montrer de quoi il s’agissait, un dogue allemand se leva et d’un coup de langue essaya de gober les deux chers tourtereaux, la bas c’était la révolution,  Laurence  criait il faut les ressussiter, il le faut,  faites quelque chose ,un massage  s’il vous plait !
 
Plus tard, le véto que je connais bien me raconta la suite, elle était toute consternée il posa les oiseaux il  emmena Laurence pour la réconforter dans son bureau, les oiseaux ne revinrent jamais et pour ma part, j’eu énormément de mal à calmer Lolo . J’aimais beaucoup Marie et Blues mais  de voir la tristesse et la peine de mon amie me bouleversa, après tout il faut relativiser, ce n’était que des oiseaux,
 mais ils étaient si beaux ! 
 
 
 
 
Publicités

5 Réponses

  1. ♥♥♥Ghislaine♥♥♥

    que c’est vraiment emoutant ton histoire !c’est triste aussi !!Moi j’ai eu des tas d’oiseaux avant mais a present plus d’animaux a la maison !! on souffre trop quand on doit les voir partir

    J'aime

    9 décembre 2009 à 11 h 57 min

  2. guichou

    une question, Joce : les beaux cordons bleus ont-ils trépassés à cause des effluves du parfum de Lolo ou bien de celles de Pipo ?… Joce ou l’art de raconter de belles histoires ! bisous

    J'aime

    9 décembre 2009 à 14 h 08 min

  3. globule

    Tu sais Huguette, l’autopsie n’a pas été pratiquée mais peut être est ce un mélange des deux en attendant de rideaux, il en est point restés non plus!

    J'aime

    9 décembre 2009 à 14 h 16 min

  4. kekos13

    Je ne cesse de penser à cette crise de fou rire quon a eu, quant tu m’as raconté ton histoire, pauvre pti cordon bleu, pourtant je suis sure que lolo à voulu faire bien, elle devait etre bien paniquée peucheure…. bisoussss

    J'aime

    9 décembre 2009 à 15 h 03 min

  5. jo

    je peux vous dire que j’ai assisté en live à la détresse de Lolo,affolée,menant les oiseaux chez le véto; comment allait elle faire pour annoncer la nouvelle à leur maitresse. en rentrant chez mon amie, j’ai senti les effluves du parfum de mr D… et surtout les relents de pipi sur les rideaux de ma pauvre Joce.. les oiseaux sont partis dans une boites, les rideaux eux sont partis à la poubelle. cette fois ci je n’étais pas de garde d’animaux chez notre amie, mais je vous certifie que quand je m’occupe de tchadou, je ne l’asperge pas de parfum et je prends bien soin de lui.. d’ailleurs je suis sa préférée après sa maitresse naturellement. bisous

    J'aime

    11 décembre 2009 à 2 h 11 min

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s