le poivre c’est bon pour la santé, mais !


 
Vous vous rappelez ces vieux moulins à poivre ou à café d’avant, moi je me souviens très bien. Il fallait positionner l’objet entre les cuisses et tourner la manivelle pour que le grain soit broyé. S’il s’agissait du café L’arôme de celui- ci se dispersait dans la pièce et j’ai le souvenir qu’à chaque fois que j’étais de corvée il y avait toujours un moment ou la chair était pincée.
 
Passons le chapitre nostalgie pour passer à la deuxième étape de l’histoire. Un jour ma petite soeur m’embêtait pendant que courageusement je moulinais du poivre noir inlassablement.
 
Je me souviens que le voisin était venu me chercher pour aller jouer aux billes et comme j’étais de corvée j’ai dû refuser. Pourtant, l’envie de récupérer les agates et un galot qu’il m’avait piqué la veille me tentait vraiment mais j’étais surveillée, car ma soeurette allait tout moucharder si jamais du bon chemin je m’écartais .
 
La corvée se faisait au sous sol il y avait trois pièces séparées,une ou était déposée les outils de bricolage et de jardinage, l’autre la chaudière un vieux buffet et d’autres babioles et la pièce principale qui était pourvue d’étagères avec des centaines conserves de légumes, de fruits, colorées, variées,il y avait des pâtés,de gros saloirs,des jambons accrochés,du lard fait au moment ou le cochon était tué, des épices aussi et du poivre mouliné.
 
Ce jour-là,j’étais plutôt énervée je m’étais fait disputer.La frangine avait encore trouvé le moyen de s’en tirer à bon compte et de pouvoir s’amuser,j’étais colère,ben vi vraiment très colère non mais !!
 
Soudain pendant qu’elle tournait autour de mon tabouret en me cherchant des embrouilles, une idée lumineuse traversa mon esprit. La vengeance allait sonner, mes neurones étaient en train de se déclencher et tout se mettait en place, ca fumait et la stratégie bien huilée arrivait et naïvement sans avoir l’air de rien, en toute innocence je lui dis doucement .
 
 moi :tu peux me passer le gros bocal, tu vois celui sur la deuxième étagère il y a de la poudre grise dedans !
 
 elle : celui là de pot?
 
 moi : un sourire au coin, oui il est presque plein, donne le merci !
 
 elle : trop trop naïve, c’est quoi?
 
 moi   tu veux sentir c’est bon ! 
 
 elle: oui c’est gentil ( peuchère elle était encore petite mais tant pis) !
 
 moi : j’ouvre, viens et respire bien
 
J’eus un  petit rictus en coin, elle approcha son nez du bocal, pris une longue inspiration et renifla. Le poivre grimpa, il passa par les narines, la bouche,il colla au palais à la luette toute gonflée et continua  son chemin du pharynx à l’oesophage.
 
Pendant ce temps bizarrement ma soeur avait changé de couleur, elle était devenue blanche, puis bleue, puis vraiment très bleue. Ses yeux aussi étaient étranges, ils sortaient de la cavité ou ils étaient placés et ils pleuraient encore et encore .C’est sans compter qu’ils étaient tout rouges, mais pourquoi faisait elle des signes?
 
Elle éternuait sans arrêt, ne pouvait plus parler ni respirer,  ca se corsait je fûs obligée de partir chercher les parents, car ma soeur est en train d’ étouffer. Ma mère rouge de colère l’emmèna et lui rinca la bouche et le nez. Elle était sous le tuyau d’arrosage ou maman lui lavait le visage qui dura longtemps, presque une éternité.
 
Pendant ce temps, croyez moi  j’avais  bien essayé de me cavaler mais rien à faire et j’ai eu  droit à une sacrée raclée bien disciplinée. Puis la punition suprême est arrivée avec un mois de corvée de vaisselle, de lait à aller chercher,pas le droit de parler et surtout de jouer.
 
Quand à ma soeur depuis ce temps, plus jamais une assiette elle a poivré même si maintenant il est toujours tout mouliné .
 
 
Moralité :
 
Ne jugez pas le grain de poivre d’après sa petite taille, goûtez-le et vous sentirez comme il peut piquer.
 
 
Publicités

10 Réponses

  1. guichou

    quelle coquine tu étais ! je me souviens très bien du moulin mais à café … le même ou presque que celui que tu nous montres là ! oh le nombre de fois où je me suis pinçée la peau des cuisses ! aïeeeeeee je criais ! j’en ai acheté un un jour chez un brocanteur dans le Lot et Garonne signé avec la plaque des frères Peugeot ! il trône toujours sur la table de travail de ma cuisine ! quelle leçon pour ta soeur … m’étonne pas qu’elle ne poivre plus depuis ce jour ! lol ! gros bisous

    J'aime

    16 avril 2010 à 19 h 10 min

  2. kekos13

    LOL, pas marant pour ta soeur mais encor moins pour toi, dur dur les corvées, lol, je le regarde souvent ce moulin, mais j’ai toujours cru que c’était un moulin à café, sacré toi, bisous

    J'aime

    16 avril 2010 à 19 h 24 min

  3. Frederic

    Tentative d’assassinat… sur sa propre soeur… moi, la mienne, je lui plantai des fléchettes de sarbacane dans les fesses… quand j’y repense, heureusement que je n’avais pas encore de notion de chimie pour les empoisonner :-p

    J'aime

    16 avril 2010 à 19 h 52 min

  4. Pierre

    quelle bande de brutes!!!empoisonnent avec des sarbacanes!étouffement au poivre!et bouillon de 11h!

    J'aime

    17 avril 2010 à 4 h 46 min

  5. Minou

    oh lalalala ça me rappelle des souvenirs avec ma petite soeur qui pouvait être peste…… et moi la grande comme on disait ! je me retrouve dans ce texte !!!!!! mais on est tous des enfants…….. bon c’est pas bien la vengeance ! certes mais humain ! j’ai également 2 moulins du genre de celui-ci… pièces d’antiquité hihi et j’ai aussi mouliné le café ! je me souviens je détestais quand papa me disait : " tiens en t’amusant mouline le café"… comme si c’était un jeu !!!!!!!!! grrrrrr je ne lui ai jamais dit !gros bisous et bon week end

    J'aime

    17 avril 2010 à 5 h 27 min

  6. Framboise

    Oh, purée !! si je m’en souviens de ces moulins à café, combien de fois je me suis moi aussi pincée les cuisses !mais, dis donc là, la vengeance était un plat qui se mangeait…."poivré" !!!! la pauvre tite soeur avait elle vraiment mérité ça ?!… conclusion : faut pas chercher Joce !biz,Fanfan.

    J'aime

    17 avril 2010 à 6 h 24 min

  7. marie-jo

    non mais ! je tombe sur ce billet… pauvre petite sœur et toi, la plus grande ohhhhh ! Avec le temps on en rigole de ces histoires mais sur le moment !…. Je suis la 5ème de 9 enfants, la grande des petits et la petite des grands : Je ne vais pas te faire un dessin, mais quand celle qui me précédait m’enquiquinait trop, c’était celle qui me suivait qui prenait… un peu, car ma mère avait la main leste… moi, les nattes longues… aïe… lol

    J'aime

    30 avril 2010 à 22 h 31 min

  8. josiane

    MOI C EST PAS LE GRAIN DE POIVRE QUI M ATTIRE C EST LE MOULIN IL ME RAPELLE DES SOUVENIR UNE BONNE ODEUR DE CAFE J EN AI UN PLUS PETIT ET JUSTEMENT J EN CHERCHE UN GRAND LOL AVIS AU POSSESEURS QUI VOUDRAIS S EN DEBARASSER BISOUS

    J'aime

    6 mai 2010 à 14 h 11 min

  9. josiane

    SAVAIT PAS QUE TU ETAIS CRUELLE POVRE PAUVRE TOUNE COMME QUOI SOUS DES AIRS D ANGE ON SAIS PAS SE QUI PEUT SE CACHER heureusement j etais pas la mais j aurais bien aimer gros bisous josy

    J'aime

    6 mai 2010 à 14 h 17 min

  10. Les Etellois

    C’est poivrant… Heu non, poilant!Tu es quelqu’un, c’est sûr…A part ça, j’ai aussi connu le moulin à café pince-cuisses, mais pas le moulin à poivre.Bises,Mo

    J'aime

    7 mai 2010 à 19 h 03 min

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s