Lettre oubliée !


 

Atelier de chez Ghislaine

 

 Avec les verbes :

 éblouir, écouter, écourter, écluser, enfourner, empiler, empester, enfiler .

 

Lieu :

un parc public

 

 Voici une lettre retrouvée dans une vieille malle au grenier. Elle concerne une tante qui vivait ici dans ce beau manoir au siècle dernier.

 

 

Mon très cher Louis,

 Savez vous ou je me trouve en ce moment ? dans un jardin public, sur un vieux banc en bois blanc  et  sous un saule pleureur  majestueux et  grand. Il fait froid,  il fait sec, mes doigts sont engourdis , le vent pénètre mes vêtements  mais, cher mari,  c ‘est d’ici que j’ai décidé de vous écrire  tout mon ressenti .

 Pendant les années de notre mariage, vous n’avez cessé de m’éblouir en  récitant des poèmes que vous écriviez, à chaque fois que l’hiver pointait son nez. Il est vrai que le reste de l’année, vous étiez trop occupé à chasser le gibier.

 Le soir, après avoir mangé, je devais écouter vos vers sans jamais essayer de les écourter. Le rituel était toujours le même. Devant la cheminée, vous ne cessiez d’écluser, non pas du thé comme votre médecin l’avait conseillé, mais votre cherry adoré que vous n’arrêtiez pas de chauffer entre vos mains  avant de le consommer.

 Rien ne dérogeait à la règle d’enfourner et d’empiler dans votre grande bouche quelque peu édentée, les petits fours de notre cuisinière Dorothée.

 J’ appris par la suite, que celle ci ne servait pas seulement à cuisiner et que vous  ne passiez pas votre temps à enfiler  des perles nacrées. Je comprends  mieux avec le recul comment, par deux fois elle fût engrossée sans jamais sortir de la propriété.

 Aujourd’hui cher ami et mari, vous avez cessé d’exister. Une goutte à répétition a fini par vous emporter. Je peux donc en toute quiétude me lâcher et vous dire ô combien vos vers étaient mauvais.

 Je veux aussi vous signaler que mon plus grand calvaire était les soirs où, quand vous posiez vos bottes de cavalier, je devais respirer vos pieds qui n’ont jamais cessé  d’empester tellement ils étaient crottés.

 Et  pour terminer en beauté, je dois vous révéler que les vendredis, je n’allais pas chez monsieur le curé pour faire oeuvre de générosité. Pendant toutes les années passées, j’allais retrouver mon amant dans une auberge isolée, où nous passions de délicieux moments enflammés.

 C’est d’ailleurs ainsi, mon très cher Louis, que même si vous ne l’avez pas remarqué, Bastien est né.

 A ma manière je viens de me confesser. Ne m’en veuillez surtout pas chéri et puis, comme vous saviez si bien le claironner, faute avouée est à moitié pardonnée et je m’en trouve toute soulagée.

Publicités

18 Réponses

  1. ça soulage,n’est-ce pas ? tu sais qu’il paraît que là-haut, ils nous voient et nous entendent ?

    J'aime

    15 décembre 2010 à 18 h 53 min

  2. Martine Bond

    Ouh la la, un vrai roman digne de Madame de Sévigné ou autre grande Dame !
    Superbe, bravo à toi
    Bisous et bonne soirée

    J'aime

    15 décembre 2010 à 19 h 01 min

  3. soryu64

    dis donc, elle était coquine la tantine ! 😀 mais les mariages d’amour n’étaient pas légion en ce temps-là. Et les hommes , en apparence au moins, avaient tous les droits. Quel bonheur et quelle fierté de constater qu’il y avait quelques femmes éprises de liberté.

    J'aime

    15 décembre 2010 à 20 h 38 min

  4. Ah les hommes ! Ils s’imaginaient certainement que toutes les femmes devaient être soumises et en admiration devant leur talent plus ou moins réel .
    Comme dit Mijo les femmes libérées leur font quelques pieds de nez , elles ont toujours existé même si elles étaient peu médiatisées .
    Bonne soirée
    Bisous

    J'aime

    15 décembre 2010 à 22 h 04 min

  5. soryu64

    dis donc, tu tires plus vite que ton ombre !!! 😀 j’ai à peine déposé le texte, tu es là ! Cré vain diou, tu me fais peur aussi ! Bisous Globule ! 😀

    J'aime

    15 décembre 2010 à 22 h 09 min

  6. Mais c’est un poème ce texte..Combien d’enfants sont nés de relations inavouées..et chacun passera sa vie en pensant que ce père qui l’a élévé est bien cet homme là qui vivait avec sa mère..J’en ai moi même connu des secrets comme celui-ci, en me demandant si la personne concernée était au courant..je ne le saurai jamais.

    J'aime

    15 décembre 2010 à 22 h 48 min

  7. Ghislaine

    que c’est beau
    je me suis crue au dénouement un roman
    dans lequel l’héroine livre enfin son secret
    merci ma Globule, tu as encore fait un super texte..
    tu as du talent tu sais……………

    J'aime

    16 décembre 2010 à 7 h 20 min

  8. Extra! Quelle imagination… Tu devrais écrire des romans.
    Bises,
    Mo

    J'aime

    16 décembre 2010 à 11 h 52 min

  9. Superbe lettre et superbe dame qui a su rendre la monnaie de sa pièce à ce goujat d’époux.
    Un bon moment d’amusement, merci

    J'aime

    16 décembre 2010 à 14 h 03 min

  10. J’aime beaucoup ce que tu as inventé, il y des choses qu’il vaut mieux ne pas dire tout de suite, il est toujours temps de se confesser à retardement.
    Bisous et bonne fin de journée

    J'aime

    16 décembre 2010 à 15 h 53 min

  11. Génial! J’ai adoré ta façon de raconter et le vouvoiement, super! Bravo!

    Bises et bonne nuit

    ARLETTE

    J'aime

    17 décembre 2010 à 0 h 26 min

  12. baboucherouge001

    coucou
    tres beau texte et comme dab je viens te souhaiter un excellent week-end sans neige pour toi je l’espère
    gros bzou bzou
    baboucherouge

    J'aime

    17 décembre 2010 à 18 h 37 min

  13. Pingback: Récapitulatif Atelier semaine 14 Année 2/ Les verbes en E/ « Atelier Ghislaine

  14. Un règlement de comptes le petit doigt en l’air.
    Bisou.

    J'aime

    18 décembre 2010 à 8 h 59 min

  15. LA MAGICIENNE

    Hello mon amie !
    Un scénario digne d’un best seller
    Merci pour cette lettre-partage.
    Gros bisous
    Amitiés et très bon week-end tite Globule

    J'aime

    18 décembre 2010 à 15 h 28 min

  16. Pas de visite aujourd’hui, la neige redouble, je ne le vois pas souvent mon petit-fils et c’est jsutement quand il vient que ça tombe grr!!!
    Bisous

    J'aime

    19 décembre 2010 à 10 h 12 min

  17. magnifique !!
    quel style … j’en ai encore des frissons !
    la chute finale est totalement inattendue
    j’adooooore !!
    merci pour ce beau moment de lecture !
    bisous
    sourire

    J'aime

    19 décembre 2010 à 18 h 26 min

  18. pierre

    Alors la Globule je t’aurai mis en prem’s.
    par contre ton histoire pas jolie jolie!mince alors!Le Mari ne fait rien que de normal!mais son épouse c’est franchement une honte! je suis très déçu de ton attitude moi qui avait grande estime pour toi!!

    bisous ,et bon Noël.

    J'aime

    21 décembre 2010 à 14 h 22 min

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s