Alzheimer !


 

Atelier d’Egédane

Avec les mots : Etincelle, Brindille, Folie, Cadence,
Humide, effrontée, possédée, puissante,
Attacher, supplier, sombrer, puiser

 

 

Je cherche l’étincelle,  qui rythmait ta vie.
Toi, qui fut jadis, jeune brindille humide.
Tour à tour effrontée, possédée et puissante
Tu vivais sans arrêt, à une folle cadence.

 

Aujourd’hui attachée, tu te laisses sombrer.
Aux rares moments lucides, dans tes yeux tu supplies.
Tu puises ton énergie, à essayer de contrer
Cette folie violente, qui  de toi, s’est emparée.

Publicités

13 Réponses

  1. Ghislaine

    Pour avoir une personne proche de ma famille atteinte de ce mal,
    je peux te dire que ton poeme m’émeut particulierement Jocelyne………
    Ils ont beau lutter, un jour arrive le chemin des oublis.
    Bisous ma Globule……..

    J'aime

    6 août 2013 à 16 h 35 min

  2. très beau poème , sur un sujet délicat et terrible à la fois ! beau texte pour GHIS …bisous GLOBULE !

    J'aime

    6 août 2013 à 17 h 50 min

  3. tiens ? je mets un com sous ce billet avec mon iPhone, j’ouvre l’ordi puisque je suis à la maison et avant de supprimer le mail qui annonce la parution de ton billet, je vérifie ! mon commentaire n’y est pas ? Qué passa ?
    « Je l’imagine avec des yeux fous remplis de terreur et j’en ai le coeur serré » voilà ce que j’avais mis, je crois bisous

    J'aime

    6 août 2013 à 18 h 01 min

  4. Que c’est bien dit et exprime bien aussi cette fichue réalité !
    Bonne soirée à toi Joce,
    Bisous.

    J'aime

    6 août 2013 à 18 h 11 min

  5. Cette description est effrayante d’autant plus qu’on craint tous plus ou moins cette maladie… Quoique… Vaut-t-il mieux la craindre plus pour soi ou pour nos proches? Je ne sais…
    En tout cas tes exercices sont de plus en plus des concentrés de mots…
    Bises,
    Mo

    J'aime

    6 août 2013 à 18 h 51 min

  6. Ca fait froid dans le dos mais c’est tellement réel, on ne peut pas se voiler la façe.
    bises

    J'aime

    7 août 2013 à 12 h 46 min

  7. Pingback: Récapitulatif de l’atelier numéro 18 | L' Atelier d' Egédane

  8. Ce texte est très émouvant, joliment écrit, bravo c’est malheureusement réel!!! amicalement MTH

    J'aime

    8 août 2013 à 13 h 05 min

  9. Bonsoir Globule,
    C’est exactement cela, et les mots pourtant imposés tu as su les placer avec le ressenti tellement vrai.
    Bises
    Geneviève

    J'aime

    8 août 2013 à 16 h 39 min

  10. cliofrancine

    Ton texte m’interpelle infiniment. Tu as su utiliser ces mots imposés pour évoquer des moments très difficiles.
    A bientôt.

    J'aime

    8 août 2013 à 17 h 31 min

  11. Bonjour globule,
    Je pense que ton texte n’est pas une invention, c’est du vu ou du vécu. Il est très émouvant… Bravo!

    J'aime

    9 août 2013 à 10 h 11 min

  12. Tu as raison Libre, je n’ai pas eu de difficultés. Quand j’ai vu les mots proposés, je savais déjà car il y des choses qu’on ne peux pas oublier !

    J'aime

    9 août 2013 à 17 h 41 min

  13. je t’avais mise de côté car je tenais absolument te lire, cette maladie me touchant de très près,
    et merci de l’avoir si bien d’écrite à travers ton atelier, drôle de maladie que cette maladie là, la mémoire s’efface comme une ardoise magique, et de tps en tps ma maman s’aperçoit que sa tête se vide et là cela fait chagrin.
    bonne soirée à toi
    Bisous
    Mandrine

    J'aime

    11 août 2013 à 17 h 02 min

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s