Un sérieux quiproquo !


Concours agenda ironique d’avril :  le quiproquo

un texte où il est question du “QUIPROQUO”. Pas de forme imposée: journal, comptine, conte, fait_divers, poème, lettre, dialogue….Tout est bon! On peut l’illustrer avec une image. On peut ajouter un épilogue ou un prologue.

 

Jean, nouvellement marié, est en compagnie de son épouse Pasquie et de sa belle- mère, lors d’une pose café. Cette dernière fait LONGUEMENT les éloges de Simone, la tante de Jean, pour sa gentillesse. Aussi, Jean ne peut qu’être flatté d’avoir une telle tante. Soudain, le téléphone sonne et c’est Pasquie qui va le décrocher. Jean (qui entend son épouse dire « Oui, bonjour, Simone ! … », car il a l’ouïe fine ) continue d’écouter sa belle- mère qui en rajoute sur sa tante. C’est dire qu’il est conditionné , à son sujet ! Puis, soudain, de la pièce d’à côté, Pasquie se met à crier :

– « Jean, viens vite ! … C’est Simone ; elle veut te parler ! »

Alors, rapidement, notre homme se dirige vers son épouse, lui prend le combiné téléphonique et répond très énergiquement et tout en gaieté :

« Oui, bonjour, Simone ! … comment vas- tu ? »

« … » (moment de silence)

« Tu vas bien, ma tante ?»

« C’est … C’est que … Jean, je ne suis pas votre tante !!! »

« Mon Dieu ! Pardonnez- moi, je vous prie, Madame. J’étais persuadé que vous l’étiez … en toute sincérité !»

« Je suis Simone, l’amie de votre belle- mère ! »

« … »

( Je vous fais grâce de la suite de la conversation … puisqu’elle ne regarde personne et qu’elle n’entrerait plus dans le cadre du sujet ! )

Furieux, Jean raccroche le combiné téléphonique et retourne auprès de ses femmes qui sont hilares . A Pasquie, il lui fait le reproche suivant :

« Tu aurais pu me préciser avec quelle Simone tu parlais ! »

« Eh, bien, ma foi … c’était Simone, non ? Tu devais logiquement penser que ta tante ne nous appellerait pas ; elle ne le fait jamais ! »

« Durant plus de vingt minutes, vous m’avez anesthésié le cerveau en parlant de ma tante et vous trouvez, toutes les deux, logique de ne pas me préciser à qui je dois parler au téléphone ! Bravo ! Et, le comble, c’est que je ne connais cette personne ni d’Adam et ni d’Eve ! »

« Mais ne t’en fais pas ! … Nous lui expliquerons. Elle voulait simplement avoir de tes nouvelles ; on lui a tellement parlé de toi ! »

« Etrange … comme situation … et tellement LOGIQUE ! »

 

Publicités

19 Réponses

  1. le quiproquo est tellement flagrant que je ne comprends rien à cette histoire ! 😀 mais un peu quand même car ma sœur Nanou, pas plus tard que dans l’après-midi, m’appelle au tel et me dit : Depuis quand tu as le même numéro de tel ? Depuis plus de 30 ans, que je lui réponds. Et elle : je ne m’en souvenais plus, j’ai fait un faux numéro et un bonhomme m’a répondu, je lui ai dit : allo, Jean ? alors que je savais que ce n’était pas ton Jean au bout du fil ! 😀 Bon, pour te dire Joce que j’avais de la compassion pour ton héros malgré lui ! Bisous et bonne nuit.

    J'aime

    9 avril 2015 à 21 h 16 min

  2. cela arrive à nous tous de se tromper mai parfs au téléphone on dit des choses et la personne est bien surprise et ne comprend pas puisqu’il y a erreur sur la personne, ce qu’on peut se trouver bête quand cela arrive

    J'aime

    9 avril 2015 à 21 h 56 min

  3. Merci pour ta gentille visite toute récente. Je me suis bien amusée à lire ton histoire 🙂 J’aurais dans ton récit voulu être une petite souris pour assister à ces échanges marrants.
    Bises
    Geneviève

    J'aime

    10 avril 2015 à 0 h 02 min

  4. Oui, étrange, en effet, mais cela arrive, hein !
    Bon vendredi tout entier Joce,
    Bisous♥

    J'aime

    10 avril 2015 à 2 h 26 min

  5. Il était tellement conditionné par la conversation que pour lui, le coup de téléphone en était le prolongement !
    Comme quoi, notre cerveau travaille à nos dépends, parfois.
    Bonne journée.

    J'aime

    10 avril 2015 à 5 h 14 min

  6. Pingback: Concours agenda ironique d’avril : le quiproquo | Au jardin de Mo et Marc

  7. Hé bien tu es dans les clous pour le jeu d’écriture!
    Je t’ai ajoutée aux participants
    Merci à toi!

    J'aime

    10 avril 2015 à 5 h 47 min

  8. Un quiproquo qui n’entraîne rien de fâcheux heureusement , mais ce n’est pas toujours le cas
    Bonne journée
    Bises

    J'aime

    10 avril 2015 à 7 h 47 min

  9. ◘ẅ◘

    Très joli quiproquo en effet !

    J'aime

    10 avril 2015 à 9 h 58 min

  10. Je suis bien du genre à me laisser avoir, les quiproquos sont parfois amusants mais souvent génants.
    Bises et bonne fin de semaine.

    J'aime

    10 avril 2015 à 11 h 23 min

  11. J’aime bien ce quiproquo, qui permet, au passage, d’égratigner l’autre Simone!

    J'aime

    10 avril 2015 à 13 h 56 min

  12. drôle de situation!!!!! Bises

    J'aime

    10 avril 2015 à 14 h 14 min

  13. Et en voiture Simone 😉 une coïncidence que ce coup de fil …

    Aimé par 1 personne

    10 avril 2015 à 16 h 35 min

  14. Toujours se méfier du conditionnement!

    Aimé par 1 personne

    15 avril 2015 à 10 h 09 min

    • laurence délis

      Se méfier des femmes aussi 😉

      J'aime

      15 avril 2015 à 20 h 44 min

  15. Mdrrr , tres sympa ce petit texte , Du vecu peut etre ?

    J'aime

    16 avril 2015 à 20 h 35 min

  16. Pingback: Concours agenda ironique d’avril (le quiproquo) : les votes | Au jardin de Mo et Marc

  17. J’aurais bien aimé voir la tête de ce Jean 🙂
    Et des 2 Simone aussi 🙂

    J'aime

    22 avril 2015 à 19 h 20 min

  18. 🙂

    J'aime

    24 avril 2015 à 19 h 46 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s